Anne-Lise François

Université de Californie à Berkeley

Fleurs d’un jour: Marges, réserves, changement climatique

Selon Anna Tsing, « l’holocène serait la longue période quand les lieux de refuge existaient encore, abondaient même, pour soutenir la reconstruction de mondes (« reworlding ») riches en diversité biologique et culturelle. » Selon Michel Serres la mondialisation veut dire qu’il n’y a plus de réserve–plus d’endroit hors d’atteinte du capitalisme industriel, et donc plus de « nature » telle qu’elle avait longtemps était conçue, comme un site de recréation et de réserve. Dans cette communication, je me tourne vers l’autre sens de réserve–celui de stockage, d’accumulation et de surplus–pour interroger le rôle du capital prêt à être investi et de l’énergie amassée et disponible, comme cause de cette crise planétaire et sans issue. Je me demande si cette fragilité, cette condition d’être sans recours et sans alternatif, n’est pas l’expression ironique du déni ou de la forclusion d’un autre mode de contingence et de variance temporelle, un déni que rend possible le stockage d’énergie dite non-temporelle ou « à plein temps »–soit nucléaire ou à base de combustibles fossiles. Selon Heidegger la « technologie moderne » demande que la nature rende une énergie qui peut être extraite et accumulée comme telle. Cette énergie à la fois accumulée et disponible nécessite–aussi bien qu’elle rend possible–la disponibilité perpétuelle des marchandises, des ouvriers, etc. Ici je m’inspire des conclusions récentes d’Andreas Malm selon lequel l’extraction du charbon et d’autres combustibles terrestres libère en une heure ou une décennie des millions d’années solaires. Pour conclure cette communication, je me tourne vers des poèmes d’Izumi Shikibu, de John Clare et d’Emily Dickinson qui parlent de fleurs, et sont eux-mêmes comme des fleurs, comme des traces temporelles et fugitives du présent solaire. À travers l’exemple du temps lyrique, j’essaie d’illuminer les contradictions définissant la courte et longue durée de ces énergies fossiles dont les déchets sont impérissables.

Biographie : à venir